Grammar of Ñyqy

Table of Contents

Introduction

Foreword

It is strictly forbidden to redistribute or sell this document. It is protected under the French law of intellectual property and copyrights, and it belongs entirely to its author. This document is available free of charge in web and PDF formats on my conlanging website1. If you got this document from another source, regardless if it was free of charge or not, please contact me either through my social networks or by email which you can find on my main website2. No individuals, groups or companies are currently authorized to redistribute this document by any mean. If you are interested in redistributing it, please contact me so we can discuss about it.

This document is about a constructed language, or conlang, which I (Lucien “Phundrak” Cartier-Tilet) created. However, it will be written as an in-world document, as if an in-world linguist wrote it. Hence, if in some parts you read things like “[…] but this subject needs to be studied more thoroughly […]”, this simply means I haven’t worked on or I haven’t finished this part yet. This chapter and the chapter §Introduction to Ñyqy as a conlang are the only chapters that have not been written as if this were an in-world document.

Introduction to Ñyqy as a conlang

The Ñyqy/yħy/ language is a very simple language I created with the aim of creating a prototype language, or protolang. Although some features you will encounter later can be surprising, I do not aim for it to become as natural as other naturalistic languages, or natlangs. Rather, this one is simple enough to quickly learn its grammar, syntax, morphology and phonology, but it is also complex enough for people to be able to actually the language for simple sentences. However, don’t expect it to be developed too in-depth.

Introduction to Ñyqy as a real language

All languages in our world come from something, from somewhere. All languages come from another language, inherit from it, and someone’s ancestors spoke the latter for some time, before slowly changing its rules and pronunciation enough to make it into a new one, while the old one probably is not spoken anymore. Maybe even, someday, there has been the first word ever uttered by one of our ancestors, and that was the birth of speech. Truth is, we do not know exactly how language appeared, nor when did it appear. We do not know what it sounded like, and what it was even like at all.

However, although we cannot go back that far in time to discover this unknown part of our history, we are able to somewhat go back in time for a few millennia, and discover languages that were spoken then. This time machine we call linguistics is fueled by our contemporary languages and old, dead languages we know about thanks to various documentation, both from our current era and from the Old Era. Thanks to comparative linguistics, a great number of my colleagues and predecessors were able, by comparing languages against each other, to determine their relationship, if these were sister languages or mother and daughter, cousins, and so on. Progressively, a genetic tree began to appear, to be drawn, and to classify the languages we know into families with various relatives, both alive and dead. And even if a great deal is still unknown about these families, we still have some ideas on who these languages’ ancestors were.

Nowadays, it is possible thanks to all of these researches to finally have an idea of what these languages were like, and through these languages we have a tiny window through which we can guess what civilisations were like during this period. And the furthest we ever went, the oldest language we know about is Ñyqy/yħy/. This language is between eight and eleven thousand years old, it was spoken in one of the birthplaces of civilisation, and it is the mother of about half the languages spoken throughout the world. Several of my colleagues both from the past or from the present have already made some fantastic progress on this legendary language. I myself helped some of my colleagues in their works, and this has been a great honor.

However, working on this topic made me face a reality I was not aware of only a few years ago which might be critical for anyone studying the Ñyqy language: there are no book in which we can find everything ever known, that was ever discovered about the language, all in one single work. If anyone is interested in the Ñyqy language, they currently have to go through hundreds if not thousands of books, papers and other media in order to find the information they are searching for, and this lack of centralization of the information about this language sometimes turns out as a nightmare for students and professors alike. I think I even might be safe saying most of the work we do as Ñyqy specialists is not dedicated to the language or its culture, but just finding the right information.

When I realized that, I shared my thoughts with my friend and colleague Q. Rhete about this, and we came to an agreement: we would spend as much time as necessary to make a compendium of all the knowledge we currently have on the Ñyqy people. While she will work on the cultural aspect, I will be working on the language itself. And of course, as both subjects are closely tied together, we will be helping each other. While I will be including a very short version of her work in the following chapters, she will do the same in her book.

I pray our work will be rewarded with success, I pray students and professors alike will find or work useful, and I pray this will greatly help scholars in their quest for knowledge as much as it helped us during the time we wrote this. 4Hje2lpel

Conventions

In this document, I will make use of some conventions you can usually find in other linguistic books, such as interlinear grammatical glosses, preceding stars * indicating erroneous or theoretical but unattested linguistic elements, a preceding question mark ? to mark questionable elements, or the zero number 0 to indicate the absence of one or several elements.

Abbreviation list

1 The Cultural, Ecological and Sociolinguistic Context of Ñyqy

This part will be an (rather long) abstract from The Ñyqy People from my colleague Q. Rhęte, a book about the culture of this people compiling all knowledge available at that time on the subject. I strongly encourage you to read it if you intend to study Ñyqy in order to know in which context this language was use. Below you will only have a short version of this work which is the absolute minimum any Ñyqy student should know, but again, you should definitively get the book itself.

1.1 The people, its self image

Few things are known about the Ñyqy people due to how distant it is from us, and due to how little amount of elements we have as direct knowledge from them if any. Most of our knowledge comes from works from scholars from the Old Era, and most of the knowledge from our era comes from analyzing even further the various pieces of evidence we could get from the Old Era and archaeological researches.

The name of the language has been chosen by linguists of the Old Era, most likely due to its meaning: “us”. It seems like this term could have been used by the Ñyqy/yħy/ people to designate themselves, but we have too little proofs of this to say it with certainty. This words can be analyzed as two basic morphemes, ñy/y/ and qy/qy/. The former is the first person singular personal pronoun, and the latter is the Ñyqy term for “six”3 which is used here to mark plurality, and hence the first person plural personal pronoun.

It should be reminded the name of this language, Ñyqy, is traditionally written as a single word; however, this should be labeled as a bad habit. Indeed, each of its components can and should be considered as individual words, hence the neography Ňy Qy which is already in use by some of my colleagues. Although I appreciate their initiative, I will keep using the spelling Ñyqy in this work in order to follow the norm most of us follow and have followed for centuries in order not to confuse potential readers who do not know about this rather new spelling. Some people also refer to Ñyqy as proto-Ñyqy, but I find this naming redundant, is rare overall, and is used only if one wants to insist on the nature of the language as a prototypical one.

1.2 Previous research

As mentioned earlier, Ñyqy is the subject of constant linguistic research, first by linguists from the Old Era, most of them who unfortunately are nameless today. Their knowledge of Ñyqy was undoubtedly vastly more important than the knowledge we have about it today, but we should consider it a miracle so much of their knowledge survived and was saved from the ruins of their past universities discovered two hundred years ago.

This knowledge, once translated, served as the base knowledge for our research for the last two centuries, including our knowledge about the Ñyqy language. Our contemporary colleague we have to thank the most is Pr. Loqbrekh with his thesis from 3489 and who dedicated his life to the restoration of the lost knowledge of this language. Officially, the last segment about this topic was translated in 3524, and to this day, 3664, linguists use comparative linguistics to study further Ñyqy. We also have to thank Pr. Khorlan (3598) who made a great deal of discoveries by linking the Énanonn language to Ñyqy, and Pr. Lero who compared the evolution of Ñyqy with the evolution of Tãso (3601). This work will mostly rely on their papers, although many more will be used, mainly from the University of Ðbńo and the General Study Assembly of Lormel.

1.3 Ethnology

It is good to remind the reader that we have very little knowledge about the Ñyqy people that come from direct proof and

Ce qui suit est un résumé de ce que l’on sait sur le peuple Ñyqy. Pour plus de détails, vous pouvez vous référer à l’ouvrage Le peuple Ñyqy de K. Yerth, 3404. Un avertissement est tout de même nécessaire :

Nous n’avons que très peu de preuves et témoignages directs sur le peuple Ñyqy autre que par les ouvrages des scientifiques de l’Ère ancienne, et actuellement par les recherches linguistiques faites par des chercheurs contemporains à cet ouvrage. Par conséquent, même si les anciens paraissaient très confiants dans leurs découvertes, il nous est impossible d’affirmer ce que l’on sait sur ce peuple comme étant un fait, mais simplement comme une forte probabilité que c’était en effet le cas. La recherche actuelle sur ce peuple et les hypothèses et théories peuvent sembler très solides, mais à bien y regarder, elles ne le sont qu’entre elles, en supposant que ce que les scientifiques de l’Ère ancienne ne se trompaient pas. Les seules bases tangibles auxquelles nous avons encore accès sont celles posées par la linguistique historique, mais hélas celle-ci se repose également fortement sur ces incertitudes que nous avons.

— K. Yerth

Le peuple Ñyqy était un peuple vivant dans l’actuel Rhésode, dans la vallée du Mojhal. Son cœur économique se situait selon toutes évidences dans le delta du fleuve Mojhal, où la première forme de civilisation connue est apparue. Leur activité principale était basée principalement sur l’agriculture, en particulier sur la culture d’un grain pouvant être selon les sources du blé ou du riz, voire les deux. Leur élevage était orienté principalement sur celui des vaches et des porcs. Une importante activité d’échange fluviale s’était probablement déjà développée, ainsi qu’une activité de pêche dans la zone maritime de la vallée du Mojhal.

Le mode de vie était ainsi donc principalement sédentaire, et il semblerait que les familles vivaient ensemble sous le même toit, dans des maisons communales súmusq/suʀʊsq/ ; cela inclus tous les membres de la famille descendant de l’ancêtre commun le plus âgé, ainsi que leurs époux ou épouses respectifs.

Sur ce dernier point, il semblerait qu’il n’y avait pas de tendance particulière quant à qui rejoignais la famille de qui parmi les familles représentant le bas peuple, composées principalement de paysans, d’artisants et de petits marchants. En revanche, il semblerait qu’il était beaucoup plus fréquent pour les hommes de rejoindre la famille de leur femme une fois mariés si la famille pouvait être considérée comme riche ou importante, par exemple si il s’agit d’une famille de riches marchands ou une famille détenant un pouvoir militaire.

Dans chaque agglomération se trouvait au moins un temple où le peuple Ñyqy pratiquaient leur religion polythéïste. Il est cependant impossible de savoir s’il s’agissait de croyances liées à la religion qui dominait l’Ère ancienne. Les seuls points communs sont la vénération de plusieurs dizaines de dieux au moins, ainsi que la vénération des étoiles et du feu.

1.4 Corpus, reconstruction de la langue

2 Aperçu structurel

2.1 Esquisse typologique du Ñyqy

Le Ñyqy est une langue qui apparaît comme étant fortement analytique, reposant principalement sur sa syntaxe afin d’exprimer sa grammaire et très peu sur des règles morphologiques. La large majorité des mots sont monosyllabiques ou bisyllabiques, et les phrases s’articulent souvent autour de morphèmes liés monosyllabiques que l’on peut interpréter comme étant des particules grammaticales. Voici un exemple de phrase en Ñyqy avec sa traduction et son détail grammatical :

  1. ñe pom qy/ɛ pɔʀ ħy/

    maison GEN 1sg

    C’est ma maison

  2. bú qi pim mo coq/bu qɪ pɪʀ mɔ t͡ʃɔħ/

    2sg deux pomme PST manger

    Nous avons mangé une pomme

  3. qy qun gó/qy ħʊj ʢo/

    1sg OPT boire

    Je souhaite boire

Dans l’exemple n°1, nous pouvons remarquer l’abscence d’un verbe « être », ce qui est un exemple des prédicats existentiels qui ne requièrent pas de verbe afin d’exprimer une possession. On peut également voir que l’élément définisant est situé après la particule génitive, tandis que l’élément défini se situe avant celle-ci. Il s’agit là d’un des nombreux exemples montrant que le Ñyqy est une langue dont la tête de ses diverses constructions grammaticales est finale et non initiale.

L’exemple n°2 nous montre la méthode utilisée en Ñyqy afin d’employer le duel : il s’agit d’affixer le nombre « deux » à l’élément que nous souhaitons infléchir. Ainsi, bú qi/bu qɪ/ peut être considéré comme le pronom personel de la seconde personne du singulier infléchis afin de devenir le pronom personel de la seconde personne du duel.

Le troisième exemple présente un exemple d’ordre basique des constituants d’une clause simple, où l’on peut voir une suite SV dans cette clause intransitive. On peut également remarquer la présence d’un morphème lié qun/qʊn/ dont le rôle est de marquer un mode pour le verbe, en l’occurrence l’optatif. Comme nous le verrons dans le chapitre 2.6.3, il s’agit de la méthode principale d’inflexion des verbes du Ñyqy.

2.2 Inventaire phonologique et translittération

La phonologie d’une langue est l’étude des sons qui la composent, ainsi que l’organisation et l’interaction de ces derniers entre eux. Cela a des conséquences importantes, comme la caractéristique esthétique sonore de la langue, ou bien les variations possible dans la prononciation de certains sons qui peuvent paraître naturelles pour les locuteurs natifs de la langue, mais pas nécessairement pour nous. Même si plus personne ne parle cette langue actuellement, il me semble important pour les étudiants de langues anciennes de pouvoir associer des sons aux divers mots et aux diverses phrases qu’ils rencontreront ; il s’agit d’une langue, après tout ! Dans ce chapitre, j’essaierai de présenter ce qui est connu de la phonologie du Ñyqy afin que l’on puisse se faire une idée de ce à quoi ressemblait cette langue lorsqu’elle était parlée il y a plusieurs millénaires.

2.2.1 Voyelles

Table 1: Voyelles du Ñyqy (IPA)
  antérieures postérieures
fermées y u
pré-fermées ɪ ʊ
mi-fermées ø ɤ
mi-ouvertes ɛ ɔ
Table 2: Voyelles du Ñyqy (translittération)
  antérieures postérieures
fermées y ú
pré-fermées i u
mi-fermées é ó
mi-ouvertes e o

Arbre des voyelles du Ñyqy

Figure 1: Arbre des caractéristiques des voyelles du Ñyqy

2.2.2 Consonnes

Arbre des consonnes du Ñyqy

Figure 2: Arbre des caractéristiques des consonnes du Ñyqy

Table 3: Consonnes du Ñyqy (IPA)
  bilablial alvéolaire labial-velaire palatal uvulaire pharygal
plosif p b       q ɢ  
nasal m n     ɴ  
tapé         (ʀ)  
fricatif   s z   (x) (ɣ) (χ) (ʁ) (ħ) (ʕ)
affriqué   t͡ʃ d͡ʒ        
latérale affriqué   (ɬ) (ɮ)        
latérale spirant   (l)        
approximant       (j)    
spirant     w      
Table 4: Consonnes du Ñyqy (translittération)
  bilablial alvéolaire labial-velaire uvulaire
plosif p b     q g
nasal m n   ñ
fricatif   s z    
affriqué   c j    
spirant     w  

2.2.3 Tons et accentuation

2.2.4 Translittération

Le Ñyqy étant une langue orale, aucune transcription historique n’en existe. Ainsi, seule la translittération présentée ici fait office d’orthographe, suivant de près la prononciation. La transcription phonétique de la langue utilisant l’IPA4 est également possible, mais moins lisible je pense pour le lecteur, alors que la translittération lui laissera le choix de l’accent avec lequel il souhaite lire le Ñyqy.

2.3 Phonotaxes

2.3.1 Structure syllabique

Une syllabe typique en Mattér se présente sous la forme (C)V(CC), avec au moins une consonne obligatoire soit dans l’attaque soit dans le coda, suivant les règles présentées ci-dessous.

Une règle universelle fut déjà présentée ci-dessus (§2.3.2) : deux consonnes de même qualité dorsale ne peuvent se suivre, qu’elles soient séparées par aucune, une ou plusieurs voyelles. Ainsi, les termes /qʊn/ ou /nɔsq/ sont des termes valides selon cette règle, mais */t͡ʃɔq/ ne l’est pas, ce dernier se prononcera /t͡ʃɔħ/.

Si, dû à la mutation des consonnes, deux consonnes se retrouvent adjacentes sans suivre les règles indiquées ci-dessous, alors un schwa est inséré entre ces deux consonnes. Exemple : cójm est prononcé /t͡ʃɤɮəʀ/ si la première consonne n’est pas mutée, sinon le mot est prononcé /ɬɤd͡ʒm/.

L’attaque peut être composée de n’importe quelle consonne, tout comme elle ne peut en comporter aucune.

Le noyau de la syllabe peut être composé de n’importe quelle voyelle, exceptée une voyelle haute si la consonne précédente est une dorsale sonorante haute.

Les règles du coda sont également simples :

  • Les consonnes coronales ou hautes non sonorantes peuvent être suivies par des consonnes non coronales ou non hautes.
  • Les consonnes sonorantes, dorsales et hautes ne peuvent s’associer avec d’autres consonnes dans le coda.

Quelques règles se rajoutent aux règles précédentes pour les consonnes se trouvent entre deux syllabes différentes :

  • Les consonnes sonorantes et non-dorsales peuvent précéder toute autre consonne à la condition que ces premières fassent partie du coda de la première syllabe.
  • Si deux consonnes coronales non-dorsales se suivent, la seconde prendra le voisement de la première. Si après cela, la seconde consonne se retrouve identique à la première, alors la seconde devient silencieuse et la première devient géminée.
  • Dans les autres cas, si une règle du coda est applicable entre la dernière consonne de la première syllabe et la première consonne de la seconde syllabe, la prononciation est conservée.
  • Si les règles précédentes ne s’appliquent pas, il est supposé qu’un schwa est ajouté afin de pouvoir rendre la syllabe prononçable.

2.3.2 Allophonie

Il existe relativement peu de règles allophoniques connues en Ñyqy, cependant quelques unes sont à peu près certaines :

  • C[+dor] / C[+dor]_ > [-dor]
  • C[-dor] / C[-dor]_ > [+dor]

Les deux dernières règles reflètent une règle générale du Nyqy : deux consonnes ne peuvent se suivre si elles sont toutes deux dorsales, la seconde devant alors changer sa qualité afin de se soumettre à la règle. Sa qualité haute ou coronale se reflète également lors du changement de qualité dorsale de la consonne, la qualité haute ou coronale étant considérées comme équivalentes en Ñyqy. Vous pouvez voir la table 5 qui récapitule les mutation des consonnes du Ñyqy dû à cette règle.

Table 5: Table de mutation des consonnes du Ñyqy
[+dor] originale [-dor] mutée     [-dor] originale [+dor] mutée
q ħ     p χ
ɢ ʕ     b ʁ
ɴ m     m ʀ
t͡ʃ ɬ     n j
d͡ʒ ɮ     s x
w l     z ɣ

Ainsi, la phrase ñe pom qy/ɛ pɔʀ ħy/ ne se prononce pas */ɴɛ pɔm qy/, et la phrase qi bú pim mo coq/qɪ bu χɪm ʀɔ ɬɔq/ se ne prononce pas */qɪ bʊ pɪm mɔ t͡ʃɔq/.

2.4 Structure des mots

2.5 Processus phonologiques et morphophonémiques principaux

2.5.1 Harmonie des consonnes

2.6 Classes de mots

2.6.1 Noms

Les noms en Ñyqy se réfèrent généralement à des entités définies, comme des objets, des personnes, des concepts ou événements. Contrairement à beaucoup d’autres langues, et du fait de la nature très analytique de la langue, les noms ne supportent aucune caractéristique morphosyntaxique ; ils peuvent cependant s’associer à d’autres éléments du fait de leur nature, notamment grâce à des particules grammaticales.

2.6.1.1 La structure d’un nom
2.6.1.2 Dérivations
2.6.1.3 Inflections
2.6.1.4 Noms comptables et noms indénombrables
2.6.1.5 Noms propres

2.6.2 Pronoms et clitiques anaphoriques

2.6.2.1 Pronoms personnels
2.6.2.2 Pronoms démonstratifs

2.6.3 Verbes

2.6.3.1 Structure verbale
2.6.3.2 Dérivations verbales
2.6.3.3 Inflections verbales

2.6.4 Modifieurs

2.6.4.1 Adjectifs descriptifs
2.6.4.2 Quantifieurs non-numéraux
2.6.4.3 Numéraux
2.6.4.4 Adverbes

2.6.5 Adpositions

2.6.6 Particules grammaticales

2.7 Typologie de l’ordre des constituants

Le Ñyqy est une langue dont sa tête de groupement grammaticaux tend à être en dernière position.

Arbre de syntaxe basique du Ñyqy

Figure 3: Arbre de syntaxe basique du Ñyqy

On voit grâce à l’arbre 3 que la structure générale d’une phrase démarre avec des éléments divers liés à la clause principale, qui ne se rapportent au verbe ni par une relation ergative, ni absolutive ni dative. Ensuite vient la phrase nominale ergative, suivie par la phrase nominale dative, puis la phrase verbale. Cette dernière se constitue de la phrase nominale absolutive, suivie par le verbe, lui-même composé par son mode, son temps, le verbe lui-même et sa négation.

2.7.1 Clauses principales

2.7.2 Phrases verbales

2.7.3 Phrases nominales

2.7.4 Phrases adpositionelles

2.7.5 Comparatifs

2.7.6 Questions

2.7.7 Résumé

2.8 Structure d’un groupe nominal

2.9 Structure d’un groupe verbal

2.10 Prédicats nominaux et constructions similaires

2.10.1 Prédicats nominaux

2.10.2 Prédicats adjectivaux

2.10.3 Prédicats locatifs

2.10.4 Prédicats existentiels

2.10.5 Clauses possessives

2.11 Clauses intransitives

2.12 Clauses transitives

2.13 Clauses ditransitives

2.14 Clauses de type dépendant

2.14.1 Non-fini

2.14.2 Semi-fini

2.14.3 Fini

3 Système fonctionnel

3.1 Relations grammaticales

Il existe de façon universelle deux types de verbes : les verbes intransitifs, et les verbes transitifs. Ces premiers ne prennent qu’un seul argument obligatoire, un expérienceur –noté « S »–, alors que les verbes transitifs prennent deux arguments obligatoires : l’agent –noté A– effectuant souvent l’action, et le patient –noté P– étant souvent l’objet affecté par l’action. Par exemple :

  • Je dors.

    Verbe intransitif, « je » est expérienceur S.

  • Je mange une pomme.

    Verbe transitif, « je » est agent A, et « pomme » est patient P.

Dans la majorité des langues du monde, et dans la quasi-totalité des langues européennes (le Basque étant la seule exception), l’expérienceur et l’agent sont traités quasiment tout le temps à l’identique, formant le cas grammatical (souvent non marqué) s’opposant au cas accusatif marquant le patient, traité différemment.

À la différence des langues européennes, le Ñyqy est une langue dite « ergative » ; cela signifie que ses différents groupes nominaux ont une relation grammaticale envers leurs verbes basée sur l’association des expérienceurs et des patients, avec l’agent traité différemment. Ce premier regroupement S et P est alors appelé « cas absolutif » alors que le second est le « cas ergatif ».

Ainsi, comme nous le verrons dans le chapitre sur la syntaxe, l’élément absolutif restera en permanence en contact direct avec le verbe, tandis que l’élément ergatif les précédera, et pourra même être séparé du couple absolutif-verbe par des éléments datifs. Exemple :

  • qy-0 qój/qy ħod͡ʒ/

    1sg-ABS dormir

    Je dors

  • qy-0 pim-0 coq/qy pɪʀ ɬɔq/

    1sg-ERG pomme-ABS manger

    Je mange une pomme.

En revanche, le Ñyqy utilise un pivot nominatif entre ses différentes clauses. Cela signifie que l’élément persistant entre les phrases lorsqu’il subit une élision est l’élément correspondant au cas nominatif, soit l’argument S ou A du verbe. Exemple :

  • qy-0 pim-0 coq. nócpi qój./qy pɪʀ ɬɔq not͡ʃpɪ qoɮ /

    1sg-ERG pomme-ABS manger. ensuite dormir.

    Je mange une pomme, puis (je) dors.

3.2 Constructions liées aux voix et à la valence

3.2.1 Causatifs

3.2.2 Applicatifs

3.2.3 Reflexifs et réciproquaux

3.2.4 Passif

3.2.5 Inverses

3.2.6 Démotion et omission d’objet

3.2.7 Incorporation d’objet

3.3 Nominalisation

3.3.1 Nominalisation d’action

3.3.2 Nominalisation de participants

3.3.2.1 Nominalisation d’agent
3.3.2.2 Nominalisation de patient
3.3.2.3 Nominalisation d’instrument
3.3.2.4 Nominalisation de lieux
3.3.2.5 Nominalisation de produit
3.3.2.6 Nominalisation de façon de faire

3.4 Temps, aspects, modes

3.4.1 Temps

3.4.2 Aspects

3.4.3 Modes

3.5 Structures marquées pragmaticallement

3.5.1 Variation d’ordre des constituents

3.5.2 Particules contrastives ou emphatiques

3.5.3 Modèle d’intonations contrastives ou emphatiques

3.5.4 Négation

3.5.5 Questions

3.5.5.1 Questions absolues
3.5.5.2 Questions relatives

3.5.6 Impératif

3.6 Combinaison de clauses

3.6.1 Verbes de série

3.6.2 Clauses complémentaires

3.6.3 Clauses adverbiales

3.6.4 Enchaînement de clauses

3.6.5 Clauses relatives

3.6.6 Coordination

3.7 Utilisation de la langue

3.7.1 Typologie lexicale

3.7.1.1 Espace, direction et mouvement
3.7.1.2 Causation
3.7.1.3 Perspective

3.7.2 Continuité et discontinuité

3.7.2.1 Continuité de sujet référenciel
3.7.2.2 Continuité thématique
3.7.2.3 Continuité d’action

4 Annexes

4.1 Textes avec traduction interlinéaire

4.2 Dictionnaire

4.3 Nombres

Les locuteurs du Ñyqy comptaient dans un mélange de base 6 pour les unités et de base 13 pour le reste.

nombre nombre (représentation ñyqy) ñyqy
0 0 pe/pɛ/
1 1 mi/mɪ/
2 2 qi/qɪ/
3 3 /ne/
4 4 /ɢe/
5 5 co/t͡ʃɔ/
6 1-0 mi ñy/mɪ y/ ou ñy/y/
7 1-1 ñy mi/y mɪ/
8 1-2 ñy qi/y ħɪ/
9 1-3 ñy né/y ne/
10 1-4 ñy gé/y ʢe/
11 1-5 ñy co/y ɬɔ/
12 2-0 qi ñy/qɪ y/
18 3-0 né ñy/ne y/
24 4-0 gé ñy/ɢe y/
30 5-0 co ñy/t͡ʃɔ y/
36 6-0 pe ñy ñy/pɛ y y/
42 7-0 mi ñy ñy/mɪ y y/
48 8-0 qi ñy ñy/qɪ y y/
54 9-0 né ñy ñy/ne y y/
60 a-0 gé ñy ñy/ɢe y y/
66 b-0 co ñy ñy/t͡ʃɔ y y/
72 1-0-0 mi mó/mɪ ʀo/ ou /mo/
216 6-0-0 pe mó mó/pɛ ʀo mo/
864 1-0-0-0 mi si/mɪ xɪ/ ou si/sɪ/
1296 1-0-0-0-0 gec/ɢɛɬ/
7776 1-0-0-0-0-0 cójm/t͡ʃoɮʀ/
46656 1-0-0-0-0-0-0 ñuñ/ʊ/

Comme vous pouvez le voir, afin d’exprimer des bases plus élevées, l’ordre de grandeur est répété afin d’ajouter cinq au multiplicateur, permettant ainsi une base treize pour ce qui n’est pas des unités.

Pour convertir en base dix un chiffre Ñyqy, voici comment faire : les unités sont conservées telles quelles, et pour chaque équivalent de dizaines, que j’appellerai sixaines, les multiplier par six à la puissance de son décalage par rapport aux unités. Par exemple le nombre <gé si co mó mó ñy qi> (/ɢe sɪ t͡ʃɔ mɤ ʀɤ my qɪ/) se décompose ainsi :

gé si/ɢe sɪ/ co mó mó/t͡ʃɔ mo ʀo/ ñy/y/ qi/qɪ/
4×63 5×62 1×61 2×60
4×216 5*36 1×6 2×1
864 180 6 2

Ce qui donne donc 1052.

4.4 Références

Footnotes:

3

It is to be noted the Ñyqy people used a hybrid number system, with which units were counted with a base 6 system, and higher numbers than 6 were counted with a base 12 system, except for its units.

Author: Lucien Cartier-Tilet

Email: [email protected]

Created: 2019-10-21 lun. 10:46